Le cadre privilégié du voyage et de l’Asie du Sud-Est (mais pas que !) ont souvent tendance à nous faire oublier des gestes précieux pour réduire son empreinte écologique lors de notre voyage.

Au quotidien, nous reproduisons des gestes qui peuvent paraître anodins, mais qui prennent souvent des proportions graves, lorsqu’ils sont répétés par des milliers de visiteurs dans ces pays en voie de développement, là où le recyclage, la conscience environnementale, les industriels et la politique gouvernementale ne sont pas encore à l’ordre du jour.

Prenons un temps d’avance sur tout ça ! Voici nos 6 conseils écolo pour adapter ces bonnes habitudes. En prime, ils ne demandent pas d’efforts surhumains. Alors ensemble faisons avancer les choses dans la bonne direction. Le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas !

gourdes amica travel voyage responsable

Voyageurs, employés, guides… mettons-nous tous à la gourde !

Compenser son bilan carbone

Ce n’est plus un secret, un voyage lointain implique un bilan carbone négatif du notamment aux transports aériens. Mais des comportements vous permettent de mieux répartir votre bilan carbone émis.

Un bilan carbone est le total estimé de la production de CO2 généré lors de votre voyage. Amica Travel ne souhaite pas (pour le moment) vous proposer un partenaire qui plantera des arbres pour compenser ce bilan, car soyons honnête, quel traçabilité auriez-vous ? Le but est de ne pas vous faire culpabiliser mais de vous faire des recommandations afin de faire diminuer ce bilan :

  • Réduire le nombre de vols intérieurs, afin de privilégier une découverte profonde d’une ou deux régions.
  • Rester 2 à 3 nuits par site, notamment pour avoir une interaction plus forte avec les locaux et une contemplation plus poussée de chaque site.
  • Privilégiez les transports en commun, mais ceux-ci doivent être sûrs. Certains trains vous permettent par exemple d’économiser des heures de routes qui seraient faites en voiture, et avec en prime, parfois, un prix moins conséquent.
  • Privilégiez des prestations éco-responsables : hébergements, restaurants, bars, etc. ils sont de plus en plus nombreux à vouloir se mettre au vert. Les privilégier c’est adhérer à ces valeurs et à les encourager dans cette voie-là.
  • Enfin, il est tout à fait possible de calculer son bilan carbone via un simulateur et de reverser un don à une structure associative en charge de projets de développement durable à travers toute la planète. Notamment via la plateforme Greentripper.

Les achats

Le plastique à usage unique est un fléau dans les pays d’Asie du Sud-Est et celui-ci est généralement incinéré ou enterré. Vous en verrez distribuer en quantité sur les marchés et dans les supermarchés et pour réduire, même de manière infime cette frénésie lors de vos achats, nous vous conseillons d’amener vos sacs réutilisables et lavables de type cabas ou sac en tissu.
Autre geste éco-responsable durant vos achats de souvenirs, privilégiez des adresses d’artisans, où vous pourrez accueillir des objets locaux, fait main et non surremballés. Pour les offrir en cadeau, nous vous conseillons de les envelopper avec un papier journal ou d’utiliser un morceau de tissu de type furoshiki, venu du Japon.

stop sacs plastique voyage

Privilégiez les sacs en tissu ou les cabas réutilisables et lavables.

Les boissons

Dans les pays d’Asie du Sud-Est avec la chaleur constante, la bouteille d’eau ou de soda se révèle vite indispensable. Cependant, en une journée nous pouvons en jeter jusqu’à 4 fois lorsqu’on utilise les bouteilles d’eau à petite contenance.

Nous vous conseillons d’éviter l’usage des petites bouteilles d’eau en oubliant leur « praticité » et privilégier le stockage de l’eau dans une gourde. Amica Travel incite ses voyageurs à ramener leurs gourdes en équipant les véhicules de voyage, d’un bidon d’eau rechargeable de 20 litres. Amica propose également par défaut, des bouteilles d’eau sur demande, pour les voyageurs qui auraient oublié leurs gourdes. Privilégiez une gourde à large ouverture et en inox pour faciliter son nettoyage. En général, un peu d’eau bouillante suffit à la rendre propre.

L’eau potable est souvent disponible dans les hébergements et restaurants visités sur simple demande. Les refus sont très rares. Chez l’habitant dans les zones reculées, il est tout à fait possible de boire de l’eau qui a été bouillie. C’est cette eau qui vous ai servie lorsqu’on vous sert le thé à votre accueil.

Lors d’une commande d’une boisson, les pailles sont aussi largement distribuées. Vous pouvez commander sans paille en plastique en disant « please no plastic straw » ou « hông ống hút nhựa » et simplement porter votre verre à la bouche. De nombreuses alternatives se développent fort heureusement dans quelques établissements, avec des pailles lavables en verre, en bambou et en inox, ainsi que des pailles jetables en papier ou en tige de feuilles.

Le plastique utilisé ici pour les pailles est très épais, notamment ceux des bubble tea et c’est l’un des objets les plus retrouvés par terre et sur les plages d’Asie du Sud-Est. En effet, même jetés en décharge, ils sont très légers et s’envolent très vite au gré des vents ou emportés par les pluies de la saison des moussons.

gourdes voyage

Privilégiez les gourdes, plutôt que d’acheter plusieurs petites bouteilles en plastique.

stop bubble tea plastique

Tendre son gobelet réutilisable, plutôt que de boire dans un gobelet à usage unique.

La restauration

Nous avons souvent tendance à effectuer de nos jours, une commande de livraison à domicile par internet sans bouger de notre canapé. Hors ce moyen de s’alimenter est très néfaste pour l’environnement puisque le sur emballage et les couverts en plastique ne seront pas recyclés.

Évitez du mieux que possible ce moyen de s’alimenter et privilégiez l’immersion, en vous rendant directement au restaurant : rien de mieux que de manger avec de la vraie vaisselle et d’avoir le service souvent souriant en plus !

En ce qui concerne les achats de plats préparés et de boissons à emporter, également très consommateurs en emballages, privilégiez et tendez aux restaurateurs un tupperware que vous réutiliserez.

écologie voyage asie

Les boîtes alimentaires en polystyrène et autres détritus en plastique jonchent souvent les plages non entretenues. Photo : Amica Travel sur la côte centre-sud du Vietnam.

La climatisation

Dans ces pays chauds, la climatisation est souvent adulée, au point de complètement en dépendre. Hors dans ce contexte de réchauffement climatique, la climatisation engendre un véritable cercle viscieux : face à des températures en hausse, on abaisse encore plus la climatisation, ce qui a pour effet de produire plus d’énergie et à recracher en extérieur, encore plus d’air chaud, et ainsi de suite.

De plus, la climatisation si elle est utilisée de façon excessive, peut avoir certains effets néfastes sur la santé (allergies, gorge sèche au réveil, maux de tête, etc.). Nous vous conseillons donc d’éviter les trop grandes différences entre les températures extérieures et intérieures avec un écart maximal de 6° et de privilégier le ventilateur à hélices. Le meilleur brasseur d’air reste le ventilateur sous plafond !

climatiseur ventilateur

Privilégiez le ventilateur à hélices. Quant à la climatisation il faut modérer son utilisation.

L’hôtellerie

Là aussi il y a des gestes simples pour réduire son empreinte écologique : lorsqu’on sort de sa chambre d’hôtel, on peut s’assurer d’avoir tout éteint. Également l’on peut demander au service de ne pas remplacer nos serviettes de bain lors d’un séjour de plusieurs nuitées, afin d’économiser des lavages en machine à laver. Enfin, il est conseillé d’amener son propre dentifrice, son propre savon et sa brosse à dent biodégradable comme en bambou, afin d’éviter d’utiliser les petites dosettes en plastique qu’on vous disposera dans les chambres.

Souvent dans les chambres sont disposés des choses à grignoter comme des chips ou des biscuits Oreo, hors ces produits contenant de l’huile de palme sont responsables des déforestations en cours, notamment en Malaisie et en Indonésie. Les éviter, c’est boycotter l’huile de palme et son effet destructeur sur l’environnement.

La sensibilisation

Le plus important est aussi d’en parler à vos proches, collègues et surtout à nos enfants ! Antoine de Saint-Exupéry disait « Nous n’héritons pas de la Terre de nos parents, nous l’empruntons à nos enfants ». Ensemble, au Vietnam et ailleurs, participons à inverser le cours des dérives écologiques de notre société de consommation.

sensibilisation équipe amica plastiques

Sensibilisation de nos collègues, au sein des bureaux, à la réduction des plastiques jetables.

affiches ird plastiques

Des affiches prêtées par l’IRD (L’Institut français de Recherche et du Développement). Elles évoquent le problème des plastiques à usage unique. Elles ont pu sensibiliser une partie de nos employés, ainsi que quelques voyageurs de passage dans nos bureaux.