Changer sa vie actuelle pour commencer une nouvelle vie dans un pays à l’autre bout du monde est toujours une décision difficile. Mais pour Marc DE MUYNCK, vivre au Vietnam est une chance et aussi une grande mission.

«  Les enfants du dragon », l’association humanitaire dont Marc est le fondateur, est depuis longtemps une grande maison aidant des centaines d’enfants pauvres et des rues, des enfants abandonnés du Vietnam.

Pour Marc, les plus grandes motivations qui le font avancer dans cette noble mission sont tout simplement les sourires des enfants recevant des fournitures scolaires, des jouets, un vélo ou des médicaments, des denrées alimentaires, mais aussi les larmes de bonheur des familles bénéficiant de son aide…

Aujourd’hui, l’équipe du blog « 360 degrés » a le plaisir de vous faire rencontrer Marc, celui qu’ on appelle « Le Père des enfants du Dragon« , et de vous faire découvrir les petites histoires de ses expériences de vie au Vietnam et de ses missions dans ce pays.

association humanitaire vietnam

A la rencontre Marc DE MUYNK, le « Père des Enfants du dragon »

1, Bonjour Marc, pouvez-vous nous dire quelques mots sur vous et sur l’association « Les enfants du Dragon » ?

Bonjour l’équipe « 360 degrés Vietnam » et ses chers lecteurs. Je m’appelle Marc De Muynck, 65 ans né à Arras – Nord (France).

Electro-mécanicien de formation puis militaire de carrière pendant 32 ans, je suis père et grand-père, j’ai un fils de 37 ans père d’une petite fille « Lauryne » de 8 ans et d’un petit fils « Elyot » de 3 ans.

Je suis venu pour découvrir le Vietnam pour la première fois en 2001 (3 mois de tourisme) où j’ai établi un premier contact avec sœur Bénédicta dans un Orphelinat à Sadecdelta du Mékong, j’y étais venu pour remettre des dons de la part de « l’association nationale des anciens et amis de l’Indochine » – ANAI » de Valenciennes.

Cela a été ma première prise de conscience des grandes difficultés sociales de ce pays pauvre. Au cours de ce voyage je me suis fait des amis vietnamiens et j’ai entretenu les contacts. A mon retour, j’ai fait un stage à Versailles auprès  d’un organisme « Volontaires pour le monde » qui mène des actions humanitaires dans plusieurs pays du globe.

En 2002 j’ai entrepris un nouveau long voyage qui m’a mené entre autre au Myanmar (ex Birmanie), j’avais un projet humanitaire avec « Karuna » au profit des enfants pauvres et des enfants des rues de Rangoon et de Mandalay.  Mais je me suis heurté à des difficultés pour obtenir une autorisation de séjour de longue durée, je suis donc rentré en France.

J’ai ensuite visité d’autres pays d’Asie, je suis repassé pour 2 brefs séjours au Vietnam, et en 2006 j’ai fait une mission de 6 mois auprès d’une ONG suisse (Maison Chance à – TP Ho Chi Minh).

Mais avec le Vietnam le lien est différent, il est indéfinissable, fait d’un faisceau de sensations qui fait que je me sens très bien ici…

A la fin de ce séjour, j’ai dû rentrer en France pour me faire opérer d’un cancer et en janvier 2007 je suis revenu avec la volonté d’aider les orphelins, les enfants abandonnés et les plus pauvres du pays, et bien sûr de mettre en application mes idées…

J’ai commencé à travailler seul sur le terrain, j’ai parcouru les petits villages et été à la recherche de projets puis je les ai soumis à des associations françaises ou ONG pour les soutenir financièrement… J’ai eu un très bon contact avec l’association « Coup de pouce humanitaire » qui a de petits budgets à attribuer pour la construction de maisons d’affection… A cette époque j’ai fais la connaissance de l’association « Mère Isabelle » qui prête son nom pour couvrir officiellement les travaux, j’ai appris plus tard qu’elle n’avait pas de permis de travail au Vietnam ce qui m’a valu quelques soucis avec les services de l’immigration début 2009… Mon expérience de bénévole auprès de certaines ONG ne m’a pas satisfait, je n’y ai pas réellement trouvé ma place, le bénévole n’est souvent qu’un pion que l’on assigne à une tache et n’est que peu ou pas impliqué dans les projets ou les prises de décisions…

Nous avons alors décidé avec un ami vietnamien Mr BUI HUY Lan, chirurgien dentiste dans le Nord de la France de créer l’association « Les Enfants du dragon » que je me suis empressé cette fois de déclarer auprès des autorités vietnamiennes et du PACCOM à Hanoi.

 

projet humanitaire vietnam

C’est l’histoire de l’association « Les enfants du dragon »

2, Pouvez-vous nous décrire les principales activités de votre association ?

L’association « Les Enfants du Dragon » a pour objet de soutenir matériellement et financièrement des projets humanitaires en faveur des enfants et des plus démunis du Vietnam

Nous aidons les enfants abandonnés ou orphelins : En leur apportant un environnement sécurisant tout en favorisant leur accès aux soins, au minimum vital et à l’instruction. L’essentiel étant de permettre aux enfants abandonnés ou orphelins de s’épanouir dans un environnement sécurisant, favoriser leur socialisation en les aidant à accéder à la culture et à devenir autonomes.

Nous luttons contre la précarité des plus démunis : En construisant des maisons de charité et en donnant un toit à des familles qui vivent dans des conditions d’extrême pauvreté.

Nous soutenons des orphelinats et des écoles pauvres : En finançant des équipements sanitaires, des travaux de rénovation, en offrant des colis alimentaires, des bourses et des fournitures scolaires …

Nous apportons de l’eau propre à des villages ou des écoles : En effectuant des forages d’eau, en installant des puits et des stations de traitement d’eau potable pour alimenter des centaines de familles …

Nous luttons contre la malnutrition des populations en détresse : En construisant des fermes de culture de spiruline, en distribuant gratuitement une partie de nos récoltes à des enfants, des personnes âgées et des malades. La spiruline est une micro-algue considérée par l’OMS comme le « super nutriment  » du XXIe siècle du fait de sa richesse en minéraux et vitamines.

Notre « grand projet » est de construire un orphelinat près de Saigon.

 

association humanitaire

L’association « Les Enfants du Dragon » a pour objet de soutenir matériellement et financièrement des projets humanitaires en faveur des enfants et des plus démunis du Vietnam…

association humanitaire vietnam

3, Quelles ont été vos premières impressions de ce pays ?  

J’aime la douceur de la vie au Vietnam, la chaleur du Sud et la bonne cuisine vietnamienne.

4, Pouvez-vous nous raconter un souvenir fort de vos années passées au Vietnam ?

J’ai beaucoup de bons souvenirs mais celui qui m’a marqué le plus et m’a donné le sentiment d’un échec est celui-ci : une mémorable et dramatique histoire que j’ai vécue comme un échec.

L’événement remonte à l’été 2010, dans un petit orphelinat de Binh Tân nous avions une petite fille prénommée Hoa Quỳnh, âgée de 9 mois qui souffrait d’une pathologie cardiaque nécessitant une transplantation cardiaque non envisageable au Vietnam. J’ai remué ciel et terre pour solliciter de l’aide, j’ai contacté « Children Action », « Mécénat cardiaque », « La chaîne de l’espoir » qui avoua n’avoir pas les moyens de prendre charge notre petite fille… et d’autres encore. Des personnes sur Internet ont même mis en doute la réalité des faits laissant entendre que c’était une publicité pour recueillir de l’argent en jouant sur leur sensibilité et leur crédulité…

Enfin, le Professeur Pierre DECHELOTTE (CHU de Rouen en France) m’a dit que l’enfant était encore trop petite pour supporter une chirurgie cardiaque de cette importance, 2 mois plus tard l’enfant est décédée…

Il y a aussi fort heureusement beaucoup d’histoires joyeuses et gratifiantes dans les actions que nous menons.

5, Si vous pourriez donner un ou deux conseils aux voyageurs venant au Vietnam, que leur conseilleriez-vous ?

Pour les touristes : Je leur dirai de prendre leur temps et ne pas porter de jugement hâtifs après un premier voyage touristique, le Vietnam se mérite, il faut du temps pour comprendre la culture et apprendre à la respecter…

Pour ceux qui veulent se lancer dans des actions humanitaires : Je dirai qu’il faut avoir une forte motivation, toujours garder un certain détachement avec les situations de grande misère, je veux dire ne pas se laisser dévorer par ses propres émotions, par le stress et perdre son âme dans ce travail… Il faut être fort sinon vous risqueriez de tomber dans la détresse psychologique et la dépression…

Ensuite, je dirai rester humble, ne pas se prendre pour le sauveur du monde, être généreux, ne pas compter son temps, être  à l’écoute des autres et ne rien attendre en retour… En un mot l’abnégation !…

6, Auriez-vous un message à transmettre aux lecteurs du blog 360 Degrés Vietnam ?

J’aimerais qu’ils nous apportent leur soutien (sous quelque forme que ce soit, en adhérant, en parlant de nous autour d’eux et sur les réseaux sociaux et bien sûr en nous aidant à trouver des donateurs pour réaliser tous nos projets…

Je n’ai pas encore terminé « ma mission », avant toute chose je voudrais mener à bien le projet de construction d’un orphelinat pour une centaine d’enfants à Can Giuoc, ensuite je verrais si je sens l’envie de me reposer un peu, pour l’instant j’ai encore suffisamment d’énergie pour aider les autres. Je crois que je ne suis jamais réellement satisfait du travail accompli, il y a toujours à faire plus, à faire mieux…

7, Pourrais-je vous demander quelle est votre motivation ?

Bien évidemment pas le salaire, terme antinomique avec bénévolat… Non, la récompense se trouve bien au-delà de toute considération matérielle…

Je suis payé tout simplement par le sourire d’un enfant quand vous lui apportez des fournitures scolaires, des jouets ou un vélo et par leurs rires quand ils jouent, quand ils vous tendent les bras pour un instant d’affection… Payé par le scintillement de joie qui brille dans les yeux de ceux à qui vous avez apporté des médicaments ou des denrées alimentaires. Vous êtes parfois aussi payé par des pleurs… mais des pleurs de bonheur par exemple quand vous venez de donner un toit à une famille pauvre…

C’est tout simplement cela qui me motive, qui me fait avancer et me donne envie de continuer la mission… On m’a déjà demandé quel lien pouvait-il avoir entre le fait d’être un ancien militaire et l’humanitaire, je peux résumer cela en un seul mot, c’est : « l’ABNEGATION »….

Merci beaucoup Marc pour vos réponses et pour notre belle rencontre d’aujourd’hui.

Pour mieux connaître l’association « Les enfants du dragon » :

– Photos :
http://www.flickr.com/photos/marcopolo1949/collections/72157601278637061/

– Video Clip «Les enfants du dragon » :

http://www.youtube.com/user/marcopolo1949?feature=mhee

– Diaporama présentation de l’association :

https://www.youtube.com/watch?v=golCuM1B7lQ

 

A la rencontre du Père des « Enfants du Dragon »
5 (100%) 1 vote