Avec au total 54 ethnies, le même nombre qu’en Chine qui est vingt-huit fois plus grande, le Vietnam est une véritable mosaïque de richesses culturelles et figure dans la liste des pays les plus peuplés d’ethnies du monde.

Ces ethnies sont par ordre d’importance démographique : Kinh (Viet), Tây, Thaï, Hoa (Chinois), Khmer, Muong, Nung, Hmong (Miao), Dao, Jaraï, Ngai, Ede, Bahnar, Sedang, San Chay, Co Ho, Cham, San Din, Hre, Mnong, Ra-Glai, Stieng, Bru Van Kieu, Tho, Giay, Katu, Gie Trieng, Ma, Kho Mu, Co, Ta Oi, Choro, Khang, Xinh-Mun, Ha Ni, Chru, Lao (Laos), La Chi, La Ha, Phu La, La Hu, Lu, Lo Lo, Chut, Mang, Pathen, Co Lao, Cong, Buyei (Bo Y), Si La, Pu Peo, Brau, O Du, Ro-Mam.

L’ethnie Kinh (Viet) est la plus importante qui représente presque 90% de la population totale du Vietnam. Elle occupe les plaines, le littoral et les grands deltas.

Les 53 autres ethnies représentent entre 5 et 10 millions d’individus et peuplent les deux – tiers du territoire dans les zones montagneuses du pays.

Certaines ethnies comprennent des centaines de milliers d’individus, d’autres, des dizaines de milliers, parfois quelques milliers seulement, et même moins d’un millier. Les ethnies les moins importantes, comme les Ro-Mam qui sont à peine 250 individus, les Brâu, environ 250 aussi et les O-Du, moins de 100 individus, sont en voie d’extinction.

Ces ethnies parlent 87 langues, 86 sont vivantes et une est éteinte. Elles se divisent en plusieurs familles linguistiques : Viet-Muong, Tây-Thaï, Mon-Khmer (Austronésien ou Malayo-polynésien), Hmong-Dao, Tai-Kadai, Nhom-Han, Tibéto-birman, Miao-yao.

Parmi eux se trouvent les ethnies Tay, Thaï, Muong et Khmer, étant les plus nombreux, avec environ plus d’un million d’habitants.

Les Tây :

babe, ethnie minoritaire

Les Tâys à Ba Be, Bac Can

La présence des Tây au Vietnam remonte à la deuxième moitié du premier millénaire avant J.C. Ils se concentrent, aujourd’hui, principalement dans les vallées les provinces du Nord Est, depuis Quang Ninh, Bac Giang, Lang Son, Cao Bang, Bac Can, Thai Nguyen, Ha Giang, Tuyen Quang jusqu’à Lao Cai, Yen Bai.

Une des activités productives traditionnelles des Tây est la culture du riz sur rizières inondées.

Les Thaïs

Les Thaïs au Vietnam habitent dans des maisons sur pilotis en bois ou en bambou entourée de claies ou de planches. Le style des maisons varient en fonction des divers groupes : Tây Khao (Thaïs Blancs), Tây Dam (Thaïs Noirs), Tây Chieng ou Tây Muong (Hang Tong), Tây Thanh (Man Thanh), Tây Muoi, Pu Thay, Tho Da Bac, Tây Moc Châu (Tây Deng) etc…

Comme dans la plupart des ethnies au Vietnam, l’agriculture joue un rôle très important dans la vie quotidienne des Thaïs.

Les Muong

Les Muong vivent dans de grandes maisons sur pilotis, dans les provinces du nord, essentiellement à Hoa Binh et dans la région montagneuse de Thanh Hoa. Ils possèdent une culture basée sur la tradition littéraire qui comprend des chants, des poèmes, des mythes et des proverbes. Les gongs, la viole à deux cordes, la flûte et le tambour font partie des instruments traditionnels.

Les Muongs sont étroitement apparentés aux Viet (appelés aussi les Kinh, qui représentent à eux seuls près de 90 % de la population du pays). A part de la culture du riz, leur activité principale, les métiers artisanaux tels que le tissage et la vannerie leurs rapportent également des revenus.

Les Khmers

ethnie minoritaire

Les Khmers

Les Khmers au Vietnam vivent dans le Delta du Mékong, notamment dans les provinces de Soc Trang, Hau Giang, Tra Vinh, Vinh Long, Kien Giang, An Giang. Cette ethnie se compose aussi de plusieurs groupuscules locaux tels que les Khmer Krom, les Cur, les Cul, les Tho, les Mie … Ils représentent en total environ 895.000 habitants.

La société khmère est profondément marquée par l’influence des intellectuels. Les bonzes, sans participer directement à la gestion de la société, détiennent le pouvoir spirituel et sont responsables de l’enseignement, jouant de ce fait le rôle de directeur de conscience.

En dehors de ces 4 ethnies, vous entendrez également parler de quelques autres ethnies comme les Hmong, les Dao, les Giarai, les Ede, les Bahnar (Ba na), les Sedang (Xo Dang), les Cham etc.

Les Hmong 

Mong-vietnam

Les filles Hmongs fleurs

Les Hmong qui représentent 560.000 habitants, s’établissent dans des petits hameaux, perchés sur les hauts sommets des provinces de Lao Cai, Ha Giang, Cao Bang, Lang Son, Lai Chau, Nghe An, Thanh Hoa et Hoa Binh… A l’origine, ils émigrèrent de la Chine vers la fin du XVIIe et le début du XIXe. Selon les particularités culturelles, ils se distinguent également entre eux avec les Hmong blanc, les Hmong fleuri, les Hmong rouge, les Hmong noir, les Hmong vert et les Na Mieo (le nom de ces groupuscules s’inspire de la couleur de leurs vêtements).

Les Dao

DAO-vietnam

Les Dao rouges à Ha Giang

Les Dao (ou Zao) émigrèrent aussi des provinces de Fukien, Guangdong, Guangxi (Chine) entre le XIIIe et le XXe siècle et ont vécu disséminés dans la forêt profonde. La plupart d’entre eux habitent actuellement dans les provinces de la moyenne et haute région du Nord. Les Dao vivent dans des villages surpeuplés ou se dispersent en petit hameaux isolés.

Ils se composent aussi de plusieurs groupes locaux : Dao Lo Giang, Dao Do (Dao Rouge), Dao Tien (Dao aux Sapèques), Dao Lan Tien, Dao Quan Chet (Dao à pantalon serré), Dao Ao Dai (Dao à Tunique), Dao Dai Ban, Dao Coc Ngang, Dao Coc Mun, Dao Tam Dao…

Les Jaraï

Les Jaraï (près de 318.000 personnes) habitent dans LES provinces de Gia Lai, de Kon Tum et de Dak Lak. Ils sont arrivés du littoral pour s’installer sur les Hauts-Plateaux du Tay Nguyen (Centre Vietnam) vers les premiers siècles de cette dernière ère. Ils se composent de quelques groupes locaux tels que : les Chor, les Hđrung, les Aráp, les Mdhur (Mthur) et les Tbuăn.

Les Jaraï vivent en sédentaires dans des villages appelés plơi ou bôn, où habitent une cinquantaine de familles en moyenne. Les noms de village sont souvent liés à ceux d’une rivière, d’une source ou d’un ancien chef de village.

L’agriculture Jaraï est une agriculture à la houe. Les houes y sont de plusieurs modèles, chacun s’adaptant à une catégorie de terre ou à un maillon de la production. Parmi les métiers artisanaux, on remarque la vannerie, produisant des objets remarquables aux motifs ornementaux, le tissage de langoutis, de couvertures, d’étoffes décorés de motifs traditionnels colorés. La cueillette, la chasse et la pêche sont des activités d’appoint, surtout la cueillette que pratiquent les femmes et les enfants.

Les Ede

ethnie minoritaire

Les grand-mères Ede

La majeure partie des familles Ede habitent dans la province de Dak Lak, mais une petite partie vit également dans l’Ouest des provinces Phu Yen et Khanh Hoa. Cette ethnie compte environ 271.000 habitants.

Les Ede se groupent en buôn, l’équivalent du village Viet. Une vingtaine de maisons pour les petits, de 50 à 70 pour les grands.

La principale plante alimentaire des Ede est le riz ordinaire, cultivé surtout en assolement sur des brûlis et sur des rizières sèches.

Les Bahnar

Les Bahnar vivent principalement dans les provinces centrales de Gia Lai et Kon Tum, ainsi que dans les provinces côtières de Binh Dinh et Phu Yen. Comme les Jaraï et les Ede, les Bahnar habitent dans des maisons sur pilotis dont l’escalier est fait dans seul tronc d’arbre. L’ethnie Bahnar est la première ethnie minoritaire à avoir élaboré un système d’écriture et à avoir utilisé le buffle comme bêtes de somme.

Les Sedang

SEDANG-vietnam

Les Sedang ( Xo-dang) habitent dans les provinces de Kon Tum, Quang Nam, Danang et Quang Ngai. Chaque village a une maison communale et le chef du village a le respect de tous les habitants et dirige leurs activités. Les Sedang pratiquent la culture sur brûlis, l’élevage d’animaux, la chasse, la pêche, la cueillette de fruits, la vannerie, le tissage et la forge.

Les Cham

cham-vietnam

Les Cham vivent sur plusieurs continents dans le monde. Ils sont presque 700.000 en Asie (dont 150 000 au Viet Nam, 500 000 au Cambodge, 20 000 en Malaisie, 5 000 en Thaïlande et 1000 en Chine), environ 20 000 aux États-Unis mais aussi une centaine en Europe.

Au Vietnam, les habitants de cette ethnie vivent dans les villages le long de la côte, à Ninh Thuan et Binh Thuan (Centre du Vietnam). Chaque village compte quelques centaines d’habitants, ou, plus rarement, quelques milliers. Leurs maisons, construites selon le modèle des Viet, ont des murs en briques ou en chaux de coquillage, et est couverte de tuiles, de tôles ou de chaume. Dans certaines localités, on rencontre des maisons sur pilotis mais le plancher n’est qu’à une trentaine de centimètres du sol.

Les Cham cultivent le riz humide et plantent des arbres fruitiers. L’agriculture et le jardinage forment les revenus principaux des Cham du Centre Vietnam.

Et ce n’est pas encore fini ! D’autres ethnies minoritaires, plus reculés et plus mystérieuses les unes que les autres, seront à découvrir prochainement.

Quelques idées de voyage pour rencontrer ces ethnies minoritaires :

A la rencontre des Lolo noirs du Vietnam 13 jours

Paysages et tribus du Nord Est tonkinois 7 jours

Peuples des cimes 16 jours

Mots clés qui vous ont permis à retrouver cet article :

– ethnies minoritaires du vietnam

– voyage au vietnam ethnie minoritaire

A la rencontre des ethnies minoritaires du Vietnam (Partie 1)
Noter cet article