Dans toutes les villes du Vietnam, on croise de nombreux hébergements affichant une pancarte « homestay ». Mais que signifie réellement ce terme ? Et à quel hébergement correspond-il concrètement ?

Aujourd’hui on cherche à éviter les hôtels impersonnels ou les hôtels flirtant les cieux comme à Nha Trang ou à Danang, les résidences fréquentées et autres auberges de jeunesse bruyantes, en privilégiant un hébergement à taille humaine, où l’interaction, hospitalité, charme et authenticité sont mises en avant à travers des chambres d’hôtes.

Définition du homestay

Homestay est un anglicisme pour désigner « hébergement chez l’habitant ». Plus largement, il s’agit d’une forme de tourisme qui permet à un voyageur de louer une chambre d’une famille locale dans un cadre familial. Initialement, il s’agissait d’un mode d’hébergement encouragé pour les étudiants souhaitant acquérir des compétences linguistiques et se familiariser avec le mode de vie local, lors d’un séjour linguistique (par exemple en Angleterre).

Aujourd’hui certains pays, comme ceux de l’ancienne Indochine française encouragent ce type d’accueil pour développer l’industrie touristique. Ce type d’hébergement constitue aujourd’hui pour les familles, un gain de revenu non négligeable.

homestay vietnam

Souvent les familles elles-mêmes méconnaissent la véritable définition d’un homestay.

La méconnaissance de la définition du homestay

De nos jours, de nombreux habitants ont déformé la définition même d’hébergement chez l’habitant, sans pour autant se rendre compte. Il suffit d’aller sur des plateformes d’hébergements (comme Booking ou Agoda) pour se rendre compte du nombre impressionnant d’hébergements chez l’habitant utilisant le mot « homestay ». Notamment dans les régions de Danang, Hoi An, Sapa, l’île de Phu Quoc ou encore à Tam Coc, la baie d’Halong terrestre. Même la plateforme Air Bnb qui a démocratisé l’hébergement chez l’habitant s’éloigne peu à peu du concept initial qui avait pourtant fait son ascension fulgurante. On retrouve par exemple dans le vieux quartier de Hanoï, une majorité d’hébergements Air Bnb où le voyageur retrouve la clef dans un cadenas afin d’accéder au logement. Ainsi, durant tout le séjour il ne verra probablement pas le propriétaire des lieux.

En réalité, pour qu’un hébergement se targue du concept d’« homestay » celui-ci doit respecter une liste de critères (voir ci-dessous) ; hors nombreux ne les respectent pas ou méconnaissent la signification exacte du mot homestay. Car pour un Vietnamien ou un Laotien, « homestay » signifie « se sentir comme à la maison », car ils pensent que « home » signifie maison et « stay » veut dire rester. C’est-à-dire que leur décoration doit être assez cosy, pour que le voyageur ne se sente pas dans un hôtel, mais dans une vraie maison d’habitant. Du coup les chambres et les dortoirs sont aménagés comme des hôtels et ne sont pas forcément personnalisés.

Ajoutons à cela, une montée en gamme des chambres, comme si le homestay avait comme les hôtels, une classification de une à cinq étoiles. Ainsi, les locaux ont tendance à se concentrer sur l’aménagement sur le confort, au détriment du concept d’immersion et d’authenticité au sein de l’hébergement. La confusion peut aussi régner dans les prix car aucune classification étoilée n’a été établie. Une majorité de homestay s’accordent eux-mêmes un nombre d’étoiles en fonction de leur degré de confort.

homestay vietnam

On reconnaît une chambre chez l’habitant par sa sobriété non dénuée de confort et par l’usage de matériaux locaux.

Une perte d’authenticité

Souvent, les familles ne maîtrisent pas les rudiments d’une langue autre que le vietnamien et voyageur et habitants utilisent comme ils le peuvent, leur langage corporel. De ce fait, la communication ne permet pas de mieux comprendre la culture locale.

En outre, l’apport économique pousse les familles (ou incitées par des agences de voyages peu scrupuleuses) à toujours plus agrandir les structures d’hébergements. Ce qui fait que le lien entre chaque voyageur et la famille s’efface au détriment du nombre de voyageurs accueillis par la famille. A partir du moment où à table, un voyageur français côtoie qu’un voyageur anglais, il ne s’agit plus d’un véritable logement chez l’habitant.

Enfin, mis à part dans les montagnes du Nord-Vietnam ou dans les périmètres des parcs nationaux, les autorités locales ne contrôlent pas assez les règles d’urbanisme et d’architecture. Chaque famille concevant son hébergement à sa façon. Un logement chez l’habitant à l’architecture traditionnelle et à deux étages est quand même plus esthétique qu’un immeuble de cinq étages…

Les six critères d’un véritable hébergement chez l’habitant

  1. Un accueil encore réservé par la famille qui vit encore sur place, gage de convivialité et d’une présence physique.
  2. Une famille originaire du territoire, qui connaît parfaitement les coutumes locales et qui seront aptes à vous délivrer de précieuses connaissances.
  3. L’hébergement se base sur la structure familiale en dure, telle une dépendance. Celle-ci doit respecter l’architecture originelle du premier bâtiment.
  4. Un nombre de voyageurs limité, entre un à dix au maximum, gage d’une meilleure interaction avec l’hôte.
  5. Une panoplie d’expériences proposées par la famille pour assurer une expérience authentique réussie. Le voyageur ne doit pas considéré le logement comme un lieu dédié uniquement pour dormir. Il est incité à passer du voyageur « passif » à « actif ».
  6. L’hébergement de voyageurs doit constituer seulement un revenu complémentaire pour la famille. Celle-ci est incitée à conserver son métier de base et à le faire découvrir aux invités.
homestay vietnam

L’immersion laisse la part belle aux découvertes de la vie locale avec l’habitant des lieux.

Hébergement chez l’habitant avec Amica

Amica Travel fut l’un des pionniers en Indochine de ces immersions chez l’habitant. Depuis plus de dix ans, l’agence a tissé des liens avec des habitants rencontrés lors de missions d’explorations. Ceux-ci ont été convaincus d’ouvrir leurs habitations et leurs cœurs à des voyageurs étrangers.

Pour cela, Amica Travel accompagne ces habitants dans des travaux d’aménagement respectant l’harmonie paysagère et l’architecture locale. Le nombre de voyageurs est aussi limité afin de préserver l’interaction entre le voyageur et l’hôte, mais aussi pour ne pas dénaturer les coins reculés et hors des sentiers battus, encore préservés du tourisme de masse.

L’agence de voyage a surtout mis en place, des formules d’immersions permettant aux voyageurs de découvrir et de s’initier à l’artisanat, aux travaux des champs et à la culture locale. Le voyageur est par exemple incité à fabriquer sa lanterne lorsqu’il est à Hoi An, à pêcher des fruits de mer avec une famille de la lagune de Lang Co, à rencontrer et échanger avec un historien et un passionné du patrimoine de Hué, à aller au marché afin de préparer des plats avec une famille du delta du fleuve Rouge, à mettre les mains dans la boue pour s’initier à la riziculture, à comprendre l’art de la broderie des ethnies minoritaires, etc. Cela permet aux habitants de conserver leur métier traditionnel et de transmettre leur savoir-faire aux voyageurs.

Pour les années à venir, l’agence de voyage souhaite renforcer ces concepts d’immersions chez l’habitant, car consciente des atteintes aux limites de définition du terme « homestay ».
Quant à l’échelle nationale, une véritable politique doit permettre de mieux segmenter l’offre hébergement chez l’habitant afin que les voyageurs puissent se retrouver dans cette panoplie à la définition encore extrêmement floue, pour lui, mais aussi et surtout pour les habitants eux-mêmes.

Découvrez tous nos séjours d’immersions chez l’habitant au Vietnam, mais aussi au Laos et au Cambodge !

homestay vietnam

Le couple M. Ich et Mme Dan, fait office d’hôtes remarquables pour nos voyageurs.

devis vietnam