Rentrée de son voyage au Vietnam et Cambodge avec des souvenirs plein la tête, Irène – une jeune blogueuse ayant une grande passion pour le voyage – a gentiment accepté de participer à notre entretien pour partager avec nous ce qu’elle a découvert et aimé lors de son voyage au Vietnam et Cambodge.

Souvenirs de voyage au Vietnam et Cambodge

Bonjour, pouvez-vous nous dire quelques mots sur vous ?

Bonjour, je m’appelle Irène Raparison, je suis française d’origine malgache et j’ai 23 ans. Je vis à Montréal au Canada depuis cinq ans et je vais commencer un doctorat en littérature de langue française.

Qu’est-ce qui vous a motivé à voyager au Vietnam et au Cambodge ?

Mes lectures d’adolescence m’ont amenée à m’intéresser à l’Indochine française, son histoire et surtout son indépendance. J’ai en tête les images du film L’Amant, qui exotisent plus qu’elles ne dévoilent la réalité de l’époque. Pourtant ce sont ces mêmes images qui m’ont portée jusqu’au Vietnam et plus particulièrement au sud du pays où j’y ai passé quelques jours. Quant au Cambodge, les multiples documentaires sur les merveilleux temples khmers m’ont confirmé qu’il fallait que je visite ce fabuleux pays une fois dans ma vie. La chance s’est présentée, je ne pouvais pas la refuser!

Avez-vous une anecdote à partager lors de votre voyage en Asie ?

J’en ai tellement si vous saviez! Celle qui me vient tout de suite en tête, c’est ma rencontre avec les mygales dans un marché khmer au bord de la route. Je savais qu’on pouvait en manger, mais je ne pensais pas tomber nez à nez avec un plat de mygales frit.

Mon père en acheté pour essayer, et contre toute attente, j’ai adoré le goût. Je n’ai pas eu l’occasion d’en manger plus durant le reste du voyage, mais j’ai été ravie d’avoir pu croquer quelques pattes. Avant de reprendre la route, une vendeuse s’est approchée de nous avec une mygale vivante sur l’épaule et une autre dans un sac en plastique.

Mon frère, Haja, voulait une photo avec une des araignées, mais le pauvre s’est mis à avoir très peur quand on lui a posé la mygale sur l’épaule. Il tremblait et son visage changeait de couleur au fur et à mesure que la mygale se baladait sur lui et avançait près de son cou.

Trouvant ça dommage de ne pas tenter l’expérience, j’ai aussi pris une mygale que j’ai posée sur le dos de ma main, elle était immobile. C’est fou comme ces petites bêtes peuvent être douces! Et finalement, inoffensives.

Ce qui vous marqué le plus au Vietnam et au Cambodge ?

Au Vietnam, sans hésiter je dirai les nombreux scooters dans Ho-Chi-Minh-Ville. Il y en a partout. Parfois, on peut en voir des centaines à attendre que le feu passe au vert. La circulation est folle, mais j’avais une totale confiance en notre chauffeur qui se frayait un chemin dans les avenues et les grandes artères. Je n’ai jamais vu autant de véhicules motorisés dans une ville. À Montréal, les gens se déplacent très souvent en vélo, alors les scooters, ça fait tout de suite un gros contraste.

Au Cambodge, j’ai apprécié la gentillesse naturelle des gens et la politesse. Nous avions fait un peu de vélo dans les rizières et les enfants au bord des routes se levaient pour nous saluer, en nous criant :  « Hello! ». J’ai trouvé ça tellement adorable. Et qu’est-ce qu’ils sont souriants! Rencontrer des gens comme ça nous permet de relativiser beaucoup et de prendre la vie du bon côté!

Village Boping

Village de Boping

Des regrets los de votre voyage ?

C’est sur qu’on ne peut pas tout faire, qu’on ne peut pas tout voir. J’aurai vraiment voulu voir à quoi ressemble le Nord Vietnam. J’ai rencontré des Italiens à Phnom Penh qui visitaient tout l’Asie du Sud-Est et qui m’avaient vanté les beautés d’Hanoï. Je vais devoir revenir pour voir ça de mes propres yeux! Pour ce qui est du Cambodge, la beauté des temples m’habite encore et j’y pense très souvent. J’aurai aimé prendre plus de temps dans les villes comme Siem Reap, pour les arpenter comme le feraient les Khmers, comme si je n’étais plus une touriste, mais une vraie locale.

Avez-vous des conseils pour les voyageurs ?

Avec ma famille, nous voulions absolument diversifier nos moyens de transport. Voiture, bateau, vélo, marche à pied, etc. Je pense qu’il ne faut pas s’en tenir à la voiture, mais opter pour différents moyens de locomotion. Cela permet d’avoir différentes visions du pays et puis, ça fait plus aventurier de dire à ses amis en rentrant de voyage qu’on a parcouru des kilomètres de route à vélo (même si ce n’est pas vrai)!

Balade à vélo, village boping

Balade à vélo dans le village

Autre chose à ajouter ?

Un énorme merci à toutes l’équipe d’Amica Travel qui a fait un travail exceptionnel, et une petite pensée à notre guide khmer Kimlon, très érudit en matière d’histoire du Cambodge. Ma famille et moi avons apprécié chaque attention, chaque détail et surtout chaque instant!

Merci Irène de nous avoir raconté votre beau voyage au Vietnam et Cambodge.

Si vous souhaitez faire un voyage combiné Vietnam-Cambodge et vivre des expériences authentiques dans ces 2 pays comme Irène, voici les itinéraires brefs et de belles photos qui capturent tous les moment de son voyage :

Saigon visite – excursion à My Tho – Cai Be – Sadec – Long Xuyen – Nuit à bord – Chau Doc – bateau rapide vers Phnom Penh – visite – Kongpong Thom – Village Boping – Kongpong Thom – Siem Reap – Tonlé Sap – Visite Angkor Thom – Ta Prohm – Visite des temples : Beng Mealea – Banteay Srei – Angkor Wat – Siem Reap libre – Départ

Pour lire plus de récits de voyage d’Irène, voici son blog :

https://www.vuesurencephale.com

0.0
00