Depuis 1995, le Vietnam est devenu un objet artistique de Sébastien Laval. Il a sillonné le Vietnam pour en photographier les hommes, les femmes et les paysages. Jusqu’à présent, Sébastien Laval a eu plusieurs expositions photographiques sur le Vietnam et son peuple, qui ont été présentées régulièrement en France et au Vietnam. Au mois d’avril va sortir un livre de photos intitulé « Hue, la ville des pierres qui pleurent », réalisé avec Philippe Bouler.

Faisons sa connaissance et écoutons ses histoires sur le Vietnam et sa population, sous son angle de vue particulier :

* Pourquoi avez-vous choisi le Vietnam pour voyager et pour réaliser vos projets photographiques ?

J’ai eu la chance de pouvoir venir au Vietnam en 1995 une première fois pour travailler comme photographe à la réalisation d’un repérage pour un Raid en moto et 4X4 sur les routes du pays. Jeune photographe, ce fût pour moi un choc culturel et un choc de civilisations. J’y suis revenu un 1997, deux mois, puis presque tous les ans jusqu’en 2005, date du début du travail sur les populations. Depuis, plusieurs voyages par an me permettent de réaliser des images et de les montrer à travers des expositions.

expositions photographiques

Sébastien Laval –  photographe et ami intime du Vietnam

 

* Parlons un peu de votre récent livre de photos « Hue, ville des pierres qui pleurent», pourquoi avez-vous choisi ce nom pour cet œuvre ? Pourriez-vous partager l’idée qui vous a motivé à monter ce projet ?

Le livre « Hue, la ville des pierres qui pleurent » sort ces prochains jours  pour le  Festival du Hue. Il s’agit d’un travail commun avec Philippe Bouler, avec qui j’ai travaillé à plusieurs reprises au Vietnam pour le Festival de Hue et pour la Saison de la France au Vietnam durant les saisons croisées…

expositions photographiques

Livre “Hue, la ville des pierres qui pleurent“

Philippe Bouler est un producteur et le créateur du Festival de Hue, et durant de nombreuses années son directeur artistique.

Nous venons depuis longtemps à Hue et sommes tous les deux tombés amoureux de Hue.

Cette ville est singulière, différente, surprenante.

Philippe m’a parlé de ce projet il y a plusieurs années et nous nous sommes lancés depuis mars 2015 afin de montrer Hue comme nous aimons la voir, comme les gens de passage ne la voient pas, avec un regard et un texte qui invite à la promenade, à la découverte, à la rencontre, au partage et à la poésie.

Philippe Bouler  a trouvé le titre.

Hue, la ville des pierres qui pleurent, est tout à la fois un clin d’œil au climat pluvieux de Hue et un hommage aux morts de la guerre pour qui beaucoup de larmes ont été versées, notamment durant l’offensive du Têt en 1968.

expositions photographiques

Couple dans un parc sur Le Loi au bord de la rivière des Parfums, Hue

 

* Quelle est votre ville préférée au Vietnam ?

Je ne sais pas si je peux parler d’une ville préférée… j’adore Hanoi car c’est la ville où je suis arrivé la première fois au Vietnam, mais la quelle choisir…

Elles sont tellement différentes… Hanoi, Hue, Dong Van, Kontum, Dalat, Ho Chi Minh…

Elles sont à l’image du Vietnam, diverses et fascinantes.

Les moments passés et les rencontres sont si divers d’une ville à l’autre, qu’il est difficile de choisir.

J’ai une histoire particulière avec chacune de ces villes mais quand même une petite préférence pour Hanoi et Hue.

expositions photographiques

Les rails passant par une ancienne rue d’Hanoi

expositions photographiques

Maisons au bord des rails, Hanoi

 

* Vous utilisez souvent le noir et blanc dans vos photographies des personnes. En revanche, vous semblez privilégier la couleur pour celles de paysages. Est-ce par simple choix esthétique ou y a-t-il une intention spécifique ?

La photographie nous permet de voir en noir et blanc comme le cinéma, le dessin ou la peinture.

C’est par le noir et blanc que j’ai commencé la photographie, qu’elle m’a attiré. C’est donc une partie de ma sensibilité photographique.

Il s’agit en utilisant le noir et blanc de mettre l’accent sur l’humanité, les visages, les regards, les peaux, les matières…

Le noir et blanc permet aussi l’imagination. Imaginer les couleurs à travers des nuances de gris, de noirs, de blancs, j’aime cette idée d’imaginaire.

Outre les portraits, j’utilise  aussi le Noir et Blanc pour des paysages, du reportage ou de l’architecture.

expositions photographiques

Rizière à Mai Chau, Nord du Vietnam, 1997

expositions photographiques

Portrait noir – blanc

expositions photographiques

Huy et Son

 

* Votre exposition photographique « 54 » en 2014 a présenté au public de très beaux portraits des 54 ethnies minoritaires du Vietnam. Y a-t-il une ethnie qui vous inspire ou vous touche particulièrement ?

J’ai  lancé ce travail de rencontre de toutes les ethnies du Vietnam en 2005. Depuis 1995 et la première fois que je me suis rendu dans les montagnes du Nord mais aussi sur les hauts plateaux du Vietnam en passant pas la piste Ho Chi Minh… je me suis aperçu que la vie de ces populations changeait.

Alors j’ai décidé de partir à leur rencontre.

L’idée n’est pas de montrer le folklore, les vêtements… mais bien de rencontrer les femmes, les hommes, les enfants, afin de les photographier dans leur quotidien, leur culture, avec leurs différences et ou leurs similitudes.

Comme pour les villes, je ne peux pas choisir une population en particulier.

A chaque rencontre il y a une histoire différente, des visages, des regards, des voix.

J’aime pouvoir retourner dans des endroits, pour échanger à nouveau avec ces personnes, les retrouver.

Dans ce pays j’ai ressenti en expliquant mon travail, le sentiment de chaleur humaine, d’accueil, de curiosité. Une certaine fierté pour ces gens, de montrer  leur appartenance culturelle.

expositions photographiques

Femme Hmong allant au marché

expositions photographiques

Moto Hmong

 

* Vous avez des expositions sur le nord et le centre du pays (Hanoi, Hue, etc). Songez-vous à un nouveau projet photographique sur le sud du Vietnam ?

Le travail sur les populations est un travail sur toutes les populations, c’est à dire que je me suis rendu aussi bien dans tout le nord, que sur les hauts plateaux, que dans le sud du pays.

Le travail sur les villes la nuit inclus également des villes du sud.

Le Vietnam est un pays qui est extraordinairement riche par sa diversité culturelle. Cette diversité et cette humanité sont troublantes et attirantes, c’est ce que je cherche à montrer dans mes images.

Si on observe bien il y a des liens entre ces différents travaux.

J’essaie juste que les gens se rencontre.

 

* Un mot particulier pour ceux qui partagent avec vous l’amour et le désir de découvrir davantage du Vietnam ?

Continuons à le découvrir, à le comprendre, et essayons de contribuer à hauteur de nos moyens si modestes soient-ils à ce que ce peuple se rencontre, se découvre, se respecte dans la frénésie du développement, de la consommation et de la modernisation, tout en conservant cette extraordinaire diversité qui fait du Vietnam un pays absolument unique.

 

Plus qu’un photographe sur le Vietnam, Sébastien Laval est devenu un ami intime du pays et sa population, qui a contribué sans cesse à la conservation de ses valeurs culturelles. Nous vous remercions beaucoup de votre participation et vous souhaite beaucoup de succès dans vos prochains projets.

 

==========

A NE PAS RATER  :  Les nouvelles expositions photographiques de Sébastien Laval et son nouveau livre « Hue, la ville des pierres qui pleurent » qui sort ce mois d’avril : 

1. Exposition « Hanoi / Hue : 18H / 6H », présentation de photographies de Hanoi et Hue de nuit.

Hôtel Soffitel Légend Métropole, 15 Ngo Quyen, Hanoi

Du 14 au 24 avril 2016

Exposition organisée avec l’Hôtel Métropole et “Art Vietnam Gallery“.

 

2. Exposition au Festival de Hue

Du 29 avril au 4 mai 2016

3. Exposition photographie et textes du Livre : « Hue, la ville des pierres qui pleurent » dans trois lieux de Hue pour la sortie du livre.

 

==========

Découvrir les dernières expositions photographiques de Sébastien Laval à :

1. Exposition « Vietnam, un et multiple »

Organisée par l’Institut français à l’Orangerie du Sénat du 25 juin au 6 juillet 2014

Vidéo de l’exposition : http://vimeo.com/100484128

2. Exposition « 54 » organisée dans le cadre du festival de Hue en mai 2014

Vidéo de l’exposition : http://vimeo.com/96294392

==========

CONTACT : 

Facebook : Sébastien Laval Photographe :  https://fr-fr.facebook.com/Sébastien-Laval-Photographe-279960955517764/

SEBASTIEN LAVAL : À LA RECHERCHE DE LA RICHESSE CULTURELLE DU VIETNAM
Noter cet article