L’aube de l’humanité voit apparaitre diverses civilisations mégalithiques dont les énigmatiques vestiges se retrouvent notamment à Stone Age, à Carnac, à la Tombe des géants en Sardaigne ou sur le site de Mörön en Mongolie. L’Asie du Sud-Est recèle également des sites mégalithiques à peine connus et c’est sur l’un d’eux que cet article va se pencher…

Le Haut-Laos (Nord-Est Laos, provinces de Houaphan et de Xieng Khouang) est une des régions les plus mystérieuses de l’Indochine péninsulaire, de par son isolement séculaire, l’éclat de ses massifs, ses forêts ancestrales, des épisodes de la guerre secrète américaine et les énigmes flottant au-dessus de l’antique civilisation mégalithique l’ayant parsemé de centaines de jarres, de pierres funéraires et menhirs ; objets à l’usage incertain, énigmatiques et sujet d’abondantes spéculations.

plaine des jarres

Le site N2 de la mystérieuse plaine des Jarres

De nombreux vestiges de traces archéologiques

Entre 5000 av J.C et l’an 800 de notre ère, le Haut Laos est donc dominé et façonné par une civilisation mégalithique proto-indochinoise, probablement des Khmuiques (Austro-asiatiques). D’après des chercheurs, la région aurait été le centre d’un vaste réseau d’échanges, un point de passage de caravanes, d’où l’apparition d’une civilisation protohistorique fleurissante, vénérant monolithes, menhirs, tumulus, cairns, cercles de pierres sacrées et autres artefacts ; singulièrement comparable aux civilisations mégalithiques européennes, d’Arabie, africaines ou américaines. Une cité opulente se serait dressée non loin de Bang An (ouest du site N1 a Phongsavan), ville éphémère en bois précieux dont les princes et leurs nombreux esclaves se seraient religieusement consacrés à la construction de monolithes et de jarres, façonnant inlassablement argile, grès et granite. Les champs de jarres ou de pierres se retrouvent sur le plateau du Trân Ninh (centre de la région), le long des rivières Nam Khan et Nam Ngung, sur des hauteurs, le long de hautes crêtes, sur les cols d’ancestrales voies commerciales, sur les flancs du Phu Bia, mais aussi sur le plateau de l’Isarn et en Inde du Nord.

hintang

Site mégalithique de Hintang

A quoi servaient ces jarres ?

Diverses théories expliqueraient l’usage des jarres : elles seraient utilisées en guise de stockage de riz et autres denrées, en guise de cuves à fermentation ; plus vraisemblablement elles seraient des urnes funéraires monolithiques, conçues soit pour y conserver des cendres mortuaires ou, suivant un procédé aussi archaïque qu’alambiqué, pour y décomposer les trépassés. Certaines jarres sont en grès quartzeux, calcaire, schiste ou granite, d’autres seraient savamment moulées dans un composite oublié, composé de roches broyées, de sable, de glaise et de miel ; elles varient entre six cent kilogrammes et six tonnes pour les plus solennelles.

plaine des jarres

Site 52. Les jarres seraient vraisemblablement des urnes funéraires.

Comment y accéder ?

Le Haut Laos peut se découvrir soit en venant du Nord Vietnam via Pu Long ou depuis Luang Prabang ou Vientiane. Les sites les plus notables étant les N1-2-3-16-23-25-52, le site mégalithique d’Hintang (Sankongphan et Keohintan) et les Lima Sites 85 et 20A.

devis laos