On vous fait découvrir une institution du Vietnam. Un repère de la franche camaraderie à l’atmosphère de kermesse populaire connu de tous les vietnamiens, un lieu populaire dévoué au parler fort, aux trinquages à répétition, à la gouaille bistrotière, aux appétits sonores et à une cuisine sans manière joliment fagotée : la bia hoi, littéralement bière fraiche en vietnamien.

Bia hoi, boisson populaire du Vietnam

Par jour, dans tous les recoins de la capitale vietnamienne et du reste du pays, des millions de litres giclent en jets glacés des fûts métalliques des innombrables troquets qui vendent la bia hoi. Un liquide d’un jaune citron mordoré, peu alcoolisé, fait pour être vidé entre amis ou collègues, sonnant la sortie des bureaux et annonçant la bonne franquette. Il se dégage des bia hoi une atmosphère unique par sa mixité sociale et sa grande convivialité propice aux rencontres et aux échanges, une expérience à vivre pour les voyageurs amateurs des hors des sentiers battus.

Une particularité locale bien ancrée, un trait culturel authentique qu’il ne vous faut pas manquer lors de votre séjour au Vietnam. Elle peut-être servie de partout : de la baie d’Halong à bord d’une jonque, jusqu’aux maisons en pilotis des minorités ethniques.

bia hoi bière Vietnam

En fin de journée, les bia hoi se remplissent !

Les origines de la bia hoi

La bière pression a fait son apparition au Vietnam pendant la période coloniale avec les Brasseries et Glacières d’Indochine. Puis, dans la version que l’on connait maintenant, ce sont les Tchécoslovaques qui ont apportés leur savoir-faire durant l’époque de la guerre froide. Une bière composée à 50% de riz, sans conservateur, brassée puis chauffée à 70 degrés pour être ensuite refroidie et filtrée pour la débarrasser de ses levures.

Sous l’économie de subvention ( thời bao cấp), de 1975 à 1986, une seule brasserie était autorisée à produire de la bière pression et seuls quelques magasins d’état pouvaient la distribuer. Autant dire que la bia hoi était alors un produit de luxe. Il fallait faire des queues interminables pour pouvoir profiter du précieux breuvage. Tout le contraire d’aujourd’hui où les bia hoi sont presque à tous les coins de rue. On compterait plus de 3000 bia hoi à travers toute la capitale et sûrement en dizaines de milliers à travers tout le pays.

Le verre à bia hoi, une véritable icône

Parlons du contenant maintenant. Une véritable icône que ce verre à bière. On le reconnait à sa couleur un peu verdâtre, aux multiples bulles et impuretés. Mais surtout à son tintement si spécial lorsqu’il s’entrechoque avec ses frères pour trinquer. Et je vous prie de me croire que ce verre doit être terriblement robuste. Car trinquer, les Vietnamiens en raffolent ! En effet lorsqu’un des convives autour de la tablée lève son verre pour une gorgée, il doit trinquer avec tout le monde. Un village de la province de Nam Dinh, Xoi Tri, est depuis des décennies spécialisé dans la fabrication de ces verres.

Une fabrication artisanale faite à partir de verres cassés.

Le verre est ensuite recyclé puis soufflé à la main par des ouvriers. Le design si particulier de ce verre revient au peintre vietnamien Le Huy Van, diplômé d’une école des arts en Allemagne de l’Est. De quoi être inspiré. Le verre bia hoi peut être un souvenir original à rapporter. Vous pouvez vous en procurer dans un magasin situé dans une petite rue au pied de la voie ferrée vers le marché Dong Xuan à Hanoi.

fabrication verre bière vietnam

La fabrication artisanale du verre à bière

Boire avec modération mais sans culpabiliser

Si vous ne faîtes pas d’excès des cacahuètes grillées qui accompagnent généralement la bia hoi, son faible degré d’alcool et sa pauvre valeur énergétique finiront de vous convaincre d’en reprendre une. Et même si la bière a toujours conservé ce caractère nutritif de pain liquide, de nombreuses enquêtes ont montré qu’une consommation modérée de bière n’implique par forcément une obésité. Vous remarquerez que la panse de bière n’est pas de coutume dans les bia hoi vietnamiennes.

Anecdocte

Quand l’heure se fait tardive, la pression c’est la femme vietnamienne qui la met à son mari pour qu’il se décide à lâcher son verre et à rentrer au domicile. Les portables se mettent alors à sonner à la ronde et chacun, après s’être confondu en excuses auprès de son épouse, vide son dernier verre et rentre chez lui. En cours de route, hoquetant, que de prétextes ne va-t-il pas chercher pour éviter la volée de bois vert !

bia hoi bière Vietnam

Les bia hoi au Vietnam sont largement fréquentés par les hommes.

Le meilleur pour prendre une bia hoi

Le lieu de prédilection de la bia hoi au Vietnam est comme bien souvent le trottoir. Quelques tabourets et petites tables suffisent à faire une micro brasserie. La bia hoi peut s’envisager comme un rafraîchissement entre deux visites, comme un apéro ou même comme une sortie dinatoire. C’est selon l’envie du moment et le lieu choisi. A Hanoi, si à l’intersection des rues Ta Hien et Luong Ngoc Quyen dans le vieux quartier, connue sous le nom de bia hoi corner, est le plus connu et le plus festif, notre coup de cœur va pour deux bia hoi confidentielles situées dans le quartier de Ngoc Ha, autour du lac de Huu Tiep.

Une bia hoi auprès d’un petit lac pour les soirs d’été ou une autre cachée dans une ruelle, dans une courette coiffée d’arbres. Pour bien apprécier la bia hoi, accompagnez celle-ci de quelques petits tapas vietnamiens comme le nem chua (viande de porc fermentée), le mực nướng (calamar grillé) ou encore le nem lui (brochette de porc haché grillée). Chúc sức khỏe, à la bonne vôtre !

nem chua bière Vietnam

Nem chua pour accompagner vos bières !

La bia hoi, bière du Vietnam
5 (100%) 2 votes

devis vietnam