Né le 22 octobre 1913 au palais Doan Trang Vien de Hue, et couronné le 8 janvier 1926, Bao Dai devient le 13ème et dernier souverain de la grande dynastie des Nguyen Phuc et le dernier empereur du Vietnam. Bao Dai, qui signifie « celui qui protège la grandeur », est le nom d’intronisation du prince Nguyen Phuc Vinh Thuy, fils unique de l’empereur Khai Dinh.

khai dinh, bao dai

Bao Dai et son père Khai Dinh, lors d’une visite à Paris

Bao Dai est désigné comme héritier du trône à l’âge de 12 ans, après le mort de son père Khai Dinh à cause de la tuberculose. Etant trop jeune à ce moment, il n’assumait donc pas tout de suite le pouvoir qui est confié à un régent, Ton That Han, favorisé par l’administration française.

histoire vietnam

Bao Dai succéda à son père à l’âge de 12 ans

De tous les souverains de la dynastie des Nguyen, Bao Dai fut le seul à pouvoir faire des études en France (il s’agit de la France du siècle des Lumières et de la Déclaration de 1789) et ce pour une première étape (de 1922 à 1925) dès l’âge de 9 ans alors qu’il venait d’être investi, le 28 avril 1922, de la dignité de « Prince héritier de la Couronne » et à vouloir parfaire son éducation à l’occidentale pour une seconde étape (de 1926 à 1932) en tant qu’empereur (à 13 ans) placé sous régence jusqu’à l’âge de 19 ans.

empereur vietnam

Bao Dai voulut au début de son règne moderniser les institutions devenues archaïques du Vietnam

On comprend alors les raisons pour lesquelles le dernier roi des rois, après avoir reçu une formation consacrée aux études classiques sino-vietnamiennes (à caractère confucéen), voulut au début de son règne moderniser les institutions devenues archaïques du pays que le fondateur de la dynastie des Nguyen (Nguyen Anh) avait unifié en 1802 (pays qui s’étendait alors et déjà de la frontière de Chine au golfe de Siam) et auquel – après avoir été reconnu par l’Empire du Milieu – il donna en 1804 le nom de Viêt-Nam (Vietnam).

En 1934, Bao Dai annonce son intention d’épouser Marie Thérèse Nguyen Huu Thi Lan, une jeune catholique du Sud, élevée elle aussi en France, qui prend le nom dynastique de Nam Phuong. Cette union est mal vue de l’aristocratie vietnamienne comme du peuple. Finalement, le mariage a lieu presque en secret. Bao Dai s’engage à ne pas avoir d’autre épouse officielle et à ne pas donner naissance à des héritiers potentiels hors mariage.

bao dai

Bao Dai et sa femme Nam Phuong à Paris

Le 11 Mars 1945, il donne lecture d’un acte d’indépendance du Tonkin et de l’Annam. Puis le 14 Avril de même année, il annonce l’annexion de la Cochinchine, colonie française, à son royaume, réunifiant ainsi le Vietnam.

Le 25 août 1945, Bao Dai est contraint d’abdiquer. Dans l’acte d’abdication, il indique : « Mieux vaut être citoyen d’un pays indépendant que d’être roi d’un pays esclave. »

En 1989, Bao Dai a raconté sa vie dans des mémoires intitulés « Le dragon d’Annam ». C’est un éclairage intéressant sur la vie et surtout la personnalité de Bao Dai. Son enfance dans la solitude du Palais, ses études en France où il découvre notamment le sport, la mort de son père (l’Empereur Khai Dinh), le poids des responsabilités alors qu’il n’est pas encore adulte.

Annam

« Le dragon d’Annam »

Il ne désire qu’une chose c’est l’indépendance de son pays. Il a écrit dans son livre :

« Devant la volonté  unanime du peuple vietnamien prêt à tous les sacrifices pour sauvegarder l’indépendance nationale, nous prions respectueusement votre majesté de bien vouloir accomplir un geste historique en remettant ses pouvoirs ». Signé : le comité de patriotes représentant tous les partis et toutes les couches de la population..

Ils veulent une révolution, je vais la faire mais sans verser le sang, par une évolution politique. Si l’on tient compte de l’histoire des peuples, il n’y a qu’une seule solution : mon départ. »

Ceux qui l’ont rédigé sont des patriotes qui veulent comme moi l’indépendance et l’unité du Vietnam. Il ne aucune idée de qui se cache derrière les signataires. « Ils ont des contacts, des moyens, des armes ; je n’ai rien ».

« Alors je lance un message dans le vide, comme une bouteille à la mer » Par télégraphe, je m’adresse au « Comité des patriotes » à Hanoi.

« Répondant à votre appel, je suis prêt à m’effacer. A cette heure décisive de l’histoire  nationale, l’union signifie la vie, et la division la mort. Je suis prêt à tous les sacrifices pour que cette union puisse se réaliser et demande aux chefs de votre Comité de venir le plus tôt possible à Hué pour le transfert des pouvoirs ».

« Leur incontestable succès n’est il pas le signe qu’ils ont reçu mandat du ciel ? ».

« Indépendance pour la patrie, Bonheur pour le peuple. Pour ces 8 mots et pendant 80 ans, tant de nos frères et de nos sœurs ont sacrifié leur vie dans la jungle, les forêts et les prisons que, comparer aux sacrifices de ces milliers de héros et d’héroïnes, mon abdication n’est qu’une très petite chose. »

« Enfin libre ! »

« Maintenant, il fait que le peuple se serre les coudes autour d’une équipe apparemment plus capable que moi de réaliser l’indépendance. »

Le 31 juillet 1997, le dernier Empereur du Vietnam meurt à Paris. Il est enterré au cimetière de Passy.

Son palais au cœur de la ville de Da Lat, où Bao Dai a passé ces dernières années au Vietnam (1926-1945), avant de partir en exil en France en 1955 1926-1945, est l’une des plus belles œuvres architecturales à Da Lat et est devenu un endroit incontournable pour ceux qui aiment étudier l’histoire du pays et mieux comprendre la vie du dernier Empereur du Vietnam.

Sources

Le dragon d’Annam – S.M.Bao Dai
Bao Dai, ou les derniers jours de l’empire d’Annam, Paris, J.-C. Lattès,‎ 1997

4.2
05
devis vietnam