Imaginez un petit village accroché à la montagne, un petit village comme un rêve léger, blotti là pour l’éternité avec ses maisons sur pilotis en bois coiffées de toits de chaume. Ce petit village de l’ethnie Lolo noir est une promesse de bonheur tant il est une dérobade, un pied de nez à la modernité. Ici, nulle électricité, nulle route, nulle trace de notre siècle de vitesse et de bruit.  Le temps est ici en suspens et cela pourrait être la véritable richesse du séjour si les Lolo noir ne faisaient pas preuve d’une hospitalité remarquable.

Les lolo noirs, qui sont-ils ?

Les Lolo appartiennent au groupe tibéto-birman des Yi et sont originaires de Chine du Sud qu’ils ont fui au 18ème pour venir s’installer dans le Nord du Vietnam. Leur communauté au Vietnam se compose de près de 4000 individus vivant dans de profondes vallées des districts montagneux de Dong Van, de Meo Vac, de Bao Lac, dans la province de Cao Bang, et au district de Muong Khuong – province de Lao Cai. Ils se divisent en deux groupuscules : les Lolo noir et les Lolo bariolé. Ces appellations sont dues aux couleurs de leurs costumes traditionnels.

La famille Lolo noir qui nous accueille dans leur vaste et belle maison en bois est, tout comme les autres membres de la communauté, pétrie de traditions et farouchement attachée à leurs mœurs et coutumes. D’ailleurs les femmes portent avec fierté leur costume traditionnel. Celui-ci se compose d’une tunique noire à col rond ornée de motifs d’oiseaux et nanties de longues manches multicolores qui s’enfile à la manière d’un pull et d’une jupe noire, longue et ample, pincée au niveau de la taille et des genoux. Les femmes portent ces vêtements avec des chaînettes en argent, des colliers, des bracelets et des boucles d’oreilles, ceci créant une décoration harmonieuse.

lolo noir vietnam

La famille Chien, des lolo noirs.

lolo noir vietnam

Les lolo noirs sont reconnaissables à leurs costumes.

Un environnement serein

On pourrait se satisfaire de ce seul spectacle si la nature environnante n’avait pas elle aussi de quoi flatter les yeux les plus délicats. Des sentiers fleurissent dans la montagne d’où dégringolent des rizières en terrasse pour vous mener à de petits hameaux perdus et pour vous offrir des panoramas vertigineux. La vie ce n’est pas seulement respirer, c’est aussi avoir le souffle coupé !

Si la marche est une vraie respiration qui désaltère le regard, elle donne également de l’appétit. En toute convivialité, soyez sûrs que celui-ci sera rassassié, et de belle manière ! Une cuisine de la naturalité, parfumée, avec des saveurs qui rebondissent dans tous les sens. Les quelques verres d’alcool de riz pris avec le maître des lieux vous feront vite oublier les conditions de couchage spartiates et ce coq touché de lune qui, enrhumé, enroué, la gorge nouée d’éclats, se met à chanter.

lolo noir vietnam

Des lolo noirs travaillant dans les rizières en terrasses. Ici l’étape du repiquage.

lolo noir vietnam

Si les lolo noirs ne travaille pas dans la rizière, il travaille aussi la terre pour les plantations de maïs notamment.

4.5
02